Ressources

Mode de gouvernance

un principe majeur assure le développement de politiques de bonne gouvernance du CJID :

1. sa responsabilité envers leurs communautés – et la société au sens le plus

large

Dès lors, la responsabilité signifie :

Transparence : Le CJID ouvre ses comptes et ses enregistrements à l’examen public des bailleurs de fonds, des bénéficiaires et d’autres.

Un enregistrement doit être gardé de toutes les transactions financières.

Distinction effective entre gouvernance et gestion : la distinction entre les

instances organisationnelles et la distribution du pouvoir décisionnel entre elles sont

d’une importance fondamentale si l’on veut éviter des chevauchements et un manque de clarté dans les processus décisionnels.

La responsabilité est un processus multidimensionnel :

elle est orientée non seulement vers les dépositaires externes mais aussi vers le niveau interne, par le développement de relations transparentes et respectueuses entre les différents organes du CJID : l’Assemblée

générale, qui constitue l’organe décisionnel le plus élevé, le Conseil d’administration et ses émanations éventuelles (comités locaux, Bureau ou comités de direction, le comité de règlement des Conflits, le Commissariat aux Comptes) et le personnel (professionnel ou bénévole).

L’ Assemblée générale est la plus haute instance décisionnelle. Elle décide de l’orientation majeure de l’ONG, de ses objectifs, de ses politiques  et de sa stratégie.

Un Conseil d’administration est le principal organe dirigeant de l’ONG Cependant, tous les membres du Conseil d’administration sont  informés des développements importants au fur et à mesure ,

Des comités/groupes de travail spécifiques,

Ces comités peuvent être permanents, temporaires, posséder leurs propres règles de fonctionnement spécifiques …

le fonctionnement interne de ces comités sont définis  dans les statuts, règlements ou manuels de procédures,

Le Conseil d’administration

Un Conseil d’administration prend ses décisions collectivement. Un Conseil d’administration est unorgane de direction collectif, ce qui signifie que chaquemembre du Conseil d’administration doit prendre ses responsabilités – Chaque membre du Conseil d’administration doit avoir l’occasion departiciper sur un pied d’égalité aux débats et aux processus décisionnels.

À un niveau plus simple, les responsabilités de chaque membre du Conseil d’administration englobent le fait qu’ils sont censés évidemment assister régulièrement aux réunions, contribuer aux délibérations, placer les intérêts de l’ONG au-dessus des autres intérêts, personnels, professionnels ou organisationnels, et respecter la confidentialité liée à leur fonction.

Le président d’un Conseil d’administration est investi de rôles et de fonctions spécifiques

Au CJID, une bonne gouvernance implique de séparer la gouvernance et la gestion

le concept de gouvernance implique les notions de vision, de supervision, d’inspiration, de programmation stratégique

De son côté, la gestion concerne la gestion concrète et quotidienne de l’organisation, l’exécution des tâches nécessaires pour la réalisation concrète des objectifs définis par les organes de direction de l’organisation.

La séparation rend possible la mise en œuvre des vérifications et des bilans.

La séparation du Conseil d’administration (gouvernance) et du personnel (gestion) est indispensable pour une viabilité à long terme.

Un/e délégué général assure l’interface entre les organes de direction et d’exécution de l’organisation. La personne affectée à cette fonction devra mettre en œuvre les objectifs visionnaires/stratégiques exprimés par le Conseil d’administration afin de permettre leur exécution par le personnel

le CJID est conscient que L’équilibre  entre gouvernance et gestion est très difficile à atteindre et ne se limite pas à une simple question d’écriture administrative et de délimitations des droits et devoirs dans les statuts ou les règlements internes., ces réglementations officielles doivent être comprises,  par des êtres humains soumis à une série indéfinie de contraintes

 L’intégrité

La sauvegarde de la mission est également liée à l’intégrité de l’ONG.

. L’exactitude des informations publiées est également extrêmement importante à cet égard.

La quête du professionnalisme se reflète aussi au travers du pack associative du CJID d’un code de conduite, de règlements, de manuels d’exploitation ou d’autres types de manuels de réglementation interne.

Et lors de la création et ou de la composition de ces instances une attention soutenue est accordée à la représentation Homme/ femme et un travail de plaidoyer est fait en amont avant le processus de désignation des membres

La Délégation générale

 Par délégation du président du conseil d’administration, le délégué général est chargé de la mise en œuvre de la politique associative et de la communication institutionnelle tout autant que de la gestion et de la dynamisation de l’ensemble du management associatif. Il est soutenu dans ses fonctions par les cadres  et l’ensemble du bureau exécutif  du CJID. La délégation générale anime, conseille, contrôle l’activité de l’association, elle est responsable de la gestion et de l’administration générale.                                                          

Ressources humaines

Personnel salarié : 9 ; Bénévoles : 10

Nombre de membres, comme défini par les statuts :

Le Conseil d’Administration est composé de sept membres. Il n’y a pas de nombre défini pour les autres organes tels que l’Assemblée Générale et la Délégation générale. Pour l’AG le nombre évolue en fonction des adhésions de nouveaux membres et la Délégation générale en fonction du nombre de projets mis en œuvre.

Animateurs de l’ong

Les principaux animateurs de notre Association, ont, chacun en ce qui le concerne, accumulé de l’expérience dans la vie associative, avant de fédérer leurs énergies Au sein du CJID. Cette ONG est l’aboutissement d’une démarche collective visant à promouvoir la capacité opérationnelle de ses membres, et à augmenter leur impact dans le processus de développement national, à travers de plus grandes synergies.

Le CJID dispose de ressources humaines qui par leur expérience professionnelle personnelle et par les capacités renforcées au sein de la structure ont des compétences et des outils pour mener à bien l’exécution d’une action Le CJID emploie un personnel de 9 salariés tant à la Maison des jeunes que dans les projets. Ce personnel bien que jeunes, en majorité féminin est renforcé en compétences.