Mode de gouvernance

Un principe majeur assure le développement de politiques de bonne gouvernance du CJID :

1. sa responsabilité envers leurs communautés - et la société au sens le plus large

Dès lors, la responsabilité signifie :

- Transparence : Le CJID ouvre ses comptes et ses enregistrements à l'examen public des bailleurs de fonds, des bénéficiaires et d'autres.

Un enregistrement doit être gardé de toutes les transactions financières.

 

- Distinction effective entre gouvernance et gestion : la distinction entre les instances organisationnelles et la distribution du pouvoir décisionnel entre elles sont d’une importance fondamentale si l’on veut éviter des chevauchements et un manque de clarté dans les processus décisionnels.

 

La responsabilité est un processus multidimensionnel :

Elle est orientée non seulement vers les dépositaires externes mais aussi vers le niveau interne, par le développement de relations transparentes et respectueuses entre les différents organes du CJID : l'Assemblée générale, qui constitue l’organe décisionnel le plus élevé, le Conseil d’administration et ses émanations éventuelles (comités locaux, Bureau ou comités de direction, le comité de règlement des Conflits, le Commissariat aux Comptes) et le personnel (professionnel ou bénévole).

 

1- ORGANISATION

Le CJID compte en son sein quatre (4) instances à savoir : l’Assemblée Générale, le Conseil d’Administration, La Délégation générale

et la Commission de Suivi et évaluation :

 L’Assemblée Générale : composée de tous les membres de l’ONG, elle adopte et modifie les textes, met en place les instances dirigeantes, valide les documents stratégiques et budgets, exclue ou valide l’adhésion d’un membre.

Le Conseil d’Administration : c’est l’organe d’orientation du CJID, il est composé des membres de droit et des membres élus. Chaque délégué à un mandat de quatre (4) ans renouvelable une fois. Ces délégués sont élus en Assemblée Générale. Le Conseil d’Administration se réuni en session ordinaire chaque semestre. Il peut se réunir en session extraordinaire.

Le  Conseil d’administration prend ses décisions collectivement, ce qui signifie que chaque membre du Conseil d’administration doit prendre ses responsabilités - Chaque membre doit avoir l'occasion de participer sur un pied d’égalité aux débats et aux processus décisionnels.

 

La Délégation générale

 

 Par délégation du président du conseil d’administration, le délégué général est chargé de la mise en œuvre de la politique associative et de la communication institutionnelle tout autant que de la gestion et de la dynamisation de l’ensemble du management associatif. Il est soutenu dans ses fonctions par les cadres  et l’ensemble du bureau exécutif  du CJID. La délégation générale anime, conseille, contrôle l’activité de l’association, elle est responsable de la gestion et de l’administration générale.

 

La délégation générale : supervise l’association, Coordonne l’ensemble des actions, prépare les plans d’actions et les budgets annuels, assure l'interface entre les organes de direction et d’exécution de l'organisation, noue des partenariats, mobilise les ressources, engage l’ONG. Il est sous la supervision du délégué général.

 La personne affectée à cette fonction devra mettre en œuvre les objectifs visionnaires/stratégiques exprimés par le Conseil d’administration afin de permettre leur exécution par le personnel

La Commission de Suivi et évaluation : elle est composée de membres élus en assemblée générale pour une durée de deux (2) ans, renouvelable une fois. La commission de contrôle et de suivi suit l’exécution des décisions prises en assemblée générale, veille au respect des textes fondateurs du CJID.

Des comités/groupes de travail spécifique,

Ces comités peuvent être permanents, temporaires, posséder leurs propres règles de fonctionnement spécifiques …

Le fonctionnement interne de ces comités sont définis  dans les statuts, règlements ou manuels de procédures,

 

 2- FONCTIONNEMENT

a) Fonctionnement -

Son fonctionnement, entièrement démocratique, repose sur le travail conjoint des membres engagés et de la délégation générale.

Tenue des rencontres institutionnelles

Fortement préoccupé par son fonctionnement, la qualité de ses Membres, le secrétariat exécutif du CJID s’est de nouveau attelé dans le cadre des normes organisationnelles, liées à des diverses rencontres organisées à renforcer les capacités managériales et opérationnelles des membres, une de ses priorités en lien avec son objet social. Renforcement de capacité du personnel d’encadrement Organisation régulière des rencontres institutionnelles et des réunions par secteur d’activité ont eu lieu chaque semaine. Elles permettent de faire le bilan des activités, d’en programmer d’autres mais surtout de faire l’étude cas par cas des jeunes afin de prendre des résolutions pour mieux les accompagner selon leurs besoins spécifiques. En dehors de ces différentes rencontres, des rencontres d’évaluation trimestrielle ont été organisées : une rencontre trimestrielle avec l’équipe des encadreurs et la délégation générale.

 

Concertation mensuelle de la structure d'appui

- La stratégie de suivi des projets au niveau de l’ONG prévoit outre les sorties mensuelles sur le terrain, des réunions bilan trimestrielles avec tous les acteurs et les membres de l’ONG. L’année 2016 n’est pas restée en marge à cette dynamique. Ainsi, plusieurs réunions techniques ont été tenues et ont été des occasions pour évaluer le travail de ceux qui font le CJID et de poser toujours les bases des actions à venir. Ce sont au total 12 réunions de concertation mensuelle qui ont été réalisées par le CJID. Les concertations mensuelles qui ont lieu chacune à la fin du mois ont permis de faire le bilan mensuel des activités par volet, et l’examen des programmations mensuelles par la délégation générale de CJID.

 

Bilan trimestriel des activités

Quatre bilans trimestriels sont organisés sous la présence effective de l’équipe technique et de la délégation générale du CJID. Ils ont réuni outre le personnel travaillant, quelques membres du CJID et la délégation générale du CJID autour des projets conduits sur le terrain.

Chacun des bilans trimestriels réalisés ont toujours permis aux bénéficiaires de s‘approprier des réalisations faites, d’exprimer leurs inquiétudes et surtout leurs besoins pour le trimestre suivant

Cette dynamique permet une gestion participative des activités sur le terrain mais également une gestion partagée des succès et des insuccès entre CJID et ses bénéficiaires.

Ces rencontres bilans ont permis au CJID à chaque fois de disposer de bilans des activités et d’une programmation trimestrielle faits de façon participative avec les bénéficiaires.

,

 

 

Au CJID, une bonne gouvernance implique de séparer la gouvernance et la gestion

le concept de gouvernance implique les notions de vision, de supervision, d’inspiration, de programmation stratégique

De son côté, la gestion concerne la gestion concrète et quotidienne de l'organisation, l'exécution des tâches nécessaires pour la réalisation concrète des objectifs définis par les organes de direction de l'organisation.

La séparation rend possible la mise en œuvre des vérifications et des bilans.

La séparation du Conseil d’administration (gouvernance) et du personnel (gestion) est indispensable pour une viabilité à long terme.

 

le CJID est conscient que L'équilibre  entre gouvernance et gestion est très difficile à atteindre et ne se limite pas à une simple question d’écriture administrative et de délimitations des droits et devoirs dans les statuts ou les règlements internes., ces réglementations officielles doivent être comprises,  par des êtres humains soumis à une série indéfinie de contraintes

 

 L’intégrité

La sauvegarde de la mission est également liée à l'intégrité de l'ONG.

. L’exactitude des informations publiées est également extrêmement importante à cet égard.

La quête du professionnalisme se reflète aussi au travers du pack associatif du CJID d’un code de conduite, de règlements, de manuels d’exploitation ou d'autres types de manuels de réglementation interne.

Et lors de la création et ou de la composition de ces instances une attention soutenue est accordée à la représentation Homme/ femme et un travail de plaidoyer est fait en amont avant le processus de désignation des membres