L’insertion professionnelle et socio-économique

img45.jpg img46.jpg img47.jpg

Remise des attestations de fin de formation par l’un des conseillers du Président de la république  aux 42 apprenantes en pâtisserie. Une vague s’en va, une autre rentre en formation

Un chef d’œuvre de pâtissier fabriqué et présenté par les apprenantes finissantes en pâtisserie       . Bravo les artistes

 

Remise des kits de dignité à deux filles auparavant dans la rue aujourd’hui rangé grâce à la formation et dotation en kit de dignité devant les  représentant(e)s de l’AFD et de l’ONG ASI

 

L’insertion est un processus qui conduit une personne à trouver un statut reconnu dans la société.

L’insertion peut prendre plusieurs figures : insertion professionnelle, sociale, globale.

L’insertion professionnelle est la remise en contact avec le milieu de travail ou la réadaptation au marché du travail.

Notre approche de l’insertion a le double avantage de permettre à l’apprenant finissant de bénéficier; d’une formation qualifiante, suivi d’une évaluation finale.

La finalité est  d’insérée socio-économiquement au secteur formel et d’intégrée au tissu socioprofessionnel les jeunes filles et garçons défavorisés, à travers un apprentissage de métier  et ceci après les avoir formé en Alphabétisation fonctionnelle et en éducation sociale pour participer au renforcement de leurs potentialités et par conséquent améliorer leurs conditions de vie ainsi que celles des personnes qui sont à leur charge

A la fin de la formation  des attestations sont remise a celle qui réussissent, un contrat établi par le CJID décrit les modalités de dotation de chaque groupement signataire de kit matériel de dignité, afin de réussir leur inclusion sociale, les animateurs du CJID les encouragent par un suivi-conseil individualisé ou groupé. C’est pour qu’elles ne retombent plus dans l’oisiveté et que leurs enfants échappent à la pauvreté intergénérationnelle. Elles vont travailler à rentabiliser leur activité de sorte à rassembler des ressources nécessaires à la création d’ateliers individuels pour chaque membre. Celles qui voudront faire « cavalier seul » seront mis à la disposition d’une mère mentor pour un coaching et/ou à devenir une coopérative, car certaines apprenantes sont déjà convaincus de l’intérêt de travailler en groupement en mettant en commun des moyens de production par groupement de production solidaire (GPS) composé de 3 à 5 personnes,

 

Le CJID se permet d’être leur avaliseur auprès des micro-finances partenaires de la place ou elles ont souscrits des comptes et bénéficient d’un crédit afin de s’installer, nous les accompagnons jusqu’à l’autonomisation effective et faisons le suivi des activités des GPS afin qu’elle rembourse le crédit pour ainsi le faire bénéficier aux autres générations des filles formées.

le  CJID est formel que les formations à terme, comme c’est le cas chez nous, doivent avoir la porte ouverte sur l’insertion socio-économique et non pas être une parenthèse dans la vie des jeunes

 

Ils devraient permettre d’ouvrir des espaces renforcés de formation , de sensibilisation, de dialogue, de réflexion et d’action, tellement nécessaires pour permettre à la jeunesse de construire un modèle de développement qui tienne compte de ses aspirations